9 juin 2011

Ronde de Nuit

J'avais chroniqué Procrastination il y a quelques mois, voici le dernier Pratchett, Ronde de Nuit.
 
Vimaire, chef de la garde d'Ankh Morpork se retrouve catapulté dans le passé et se voit contraint de sauver les meubles en formant sur gros tas le jeune Sam Vimaire. C'est l'occasion de trouver tous les éléments des autres Disques Mondes à l'état embryonnaire : un Planteur à la recherche d'une phrase qui sonne bien, par exemple.

Naturellement on retrouve nos personnages fétiches :
- M'assassiner, moi ? Ha, qui sait quel mal se tapit dans le cœur des hommes ?
- MOI.

On découvre le passé tumultueux de Vétérini, notre tyran bénévole.
On trouve aussi une analyse assez sympathique de la notion de devoir, sur un fond de troubles civils. C'est probablement l'un des points très forts de Ronde de Nuit. On trouve également une petite réflexion sur la Ville qui a beaucoup plu au géographe que je suis : "Ce n'était pas une ville, c'était un processus, un poids sur le monde qui déformait la région environnante sur des centaines de kilomètres. [...] voilà ce que voulait dire la civilisation : la ville."

Conclusion, Ronde de Nuit est un vrai Disque-Monde, très frais, très agréable à lire, avec de l'humour en pagaille. Plusieurs crans au dessus de Procrastination, même s'il en reprend certains éléments*. Je le recommande très vivement à tous les habitués et à une brochette d'autres par la même occasion.
MJ

* Les fameuses grenades Shaolin qui déphasent le corps d'une demi-seconde, mais pas la tête.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire