2 avril 2011

Qui a peur de l'homme Rom ?

À l'université de Lausanne, nous avons la chance inouïe d'avoir notre propre feuille de chou. Oh, nous avons bien l'Uniscope, mais les articles sont de qualité alors ça ne compte pas. Au contraire, l'Auditoire nous sert régulièrement des articles capables de détrôner ceux du 20 minutes, qui pourtant sont déjà des perles. 

Bon, je vais pas vous faire chaque article un par un, ce serait très long d'une part et puis c'est comme les faux raccords, on ne tire à boulets rouges sur les civils que semi-hebdomadairement.
"Qui a peur de l'homme Rom ?" est donc le titre d'un article. Je vous mets le début ? D'accord :
"Les Roms sont les premières victimes de nationalisme. Éjecté-e-s de partout, y compris et surtout de leurs pays d'origine, ils/elles font peur à tout le monde, et personne n'en veut. Synonyme de voleur/voleuse ou menteur-euse, le terme de Rom est souvent utilisé pour définir la cause de la plupart des maux européens."

Bon, c'est vrai que je ne sais pas ce qu'est un menteur-euse et puis, quitte à écrire moche, autant décider une bonne fois pour toutes si on veut mettre des barres de fractionnement ou des tirets. Mais on va pas s'attarder sur ce genre de détails, on en a déjà parlé.

Non, ce qui me fait vraiment rire c'est la faute de fond monstrueuse qui nous est servie dans la deuxième phrase de l'article. Allez, je vous pose la question : 
- Quels sont les pays d'origines des Roms ?

Roumanie ? TUUUUT ! raté. En Roumanie, la communauté Zigane est l'une des plus grandes minorités, mais, non, Rom n'est pas égal à Roumain. Allez, un petit effort ? 
- Géorgie, Turkménistan, Ukraine, Russie, Iran, Pologne ? Perdu. 
Ils n'ont pas de pays d'origine ! Ils s'en défendent eux-mêmes. Selon toute vraisemblance c'est à partir du bas moyen-âge qu'ils émigrent du nord de l'Inde.

Alors bon, l'article est bien gentil, mais il est coutume de chercher d'abord et de parler ensuite.
MJ

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire