30 mars 2011

Mass Effect : questionnement sur l'Ézo

Eh oui, toujours Mass Effect. 

Aujourd'hui une question de pure science-fiction. 

Mass Effect présente de nombreuses technologies basées sur l'antigravité, permettant qui de faire léviter des véhicules, qui avec deux champs de gravités contraires de déchirer la coque d'un vaisseau qui en accentuant la gravité de compacter un alliage pour en faire un blindage d'une densité exceptionnelle. 

Au cœur de cette technologie, l'élément zéro, ou ézo, dont la principale caractéristique est de rendre malade les gravitons à proximité. On sait que cet élément est très rare et qu'il doit être raffiné en vue d'un usage industriel. Accessoirement, il émet un rayonnement assez malsain qui développerait des tumeurs et des aptitudes biotiques*.

Maintenant, je me pose plusieurs questions : premièrement, les neutrons sont-ils assez romantiques pour se mettre ensemble sans qu'un proton s'en mêle ? Bien que la réponse semble être non (dixit un ingénieur et un apprenti physicien, mais des confirmations/infirmations sont bienvenues**.), cela n'empêche pas forcément qu'ils se groupent autour d'un machin-chose.

Ma théorie personnelle est la suivante : l'ézo naturel est de l'ézo 1, 2, 3 etc. possédant des neutrons donc, dont la gravité propre va plus ou moins compenser l'antigravité du machin-chose. Le raffinage permettra d'en faire de l'ézo 0 qui déploiera toute sa puissance.

Maintenant une dernière question reste à élucider et vous allez m'aider : où mettez-vous l'ézo dans le tableau de Mendeleïev*** ? Pour répondre, un sondage est trouvable sur votre droite (mais non, sot! à l'écran, pas contre le mur, oui, là, sous les derniers commentaires.) Pour tout commentaire ou argumentation sur le sondage, c'est sur cette page.
MJ

* ça vous rappelle rien ?

** Monsieur Evil ?

*** c'est le modèle de Bohr et le tableau de Mendeleïef et non l'inverse !

4 commentaires:

  1. On m'appelle?

    Pour commencer je vais répondre avec des connaissances que je tiens pour sûre avant de me perdre en spéculations science-fictionnelles...

    Oui, deux neutrons peuvent tout à fait tenir ensemble et ce, grâce aux interactions fortes (MJ, vous n'avez qu'un mot à dire pour que paraisse un résumé sur les 4 interactions fondamentales ).

    Attardons-nous sur les propriétés physique probables d'un tel élément hypothétique:
    -Impossibilité de faire graviter des électrons autours du noyau (faute de charge)
    -Donc, impossibilité d'intégrer des atomes d'Ezo à une structure moléculaire qu'elle qu'elle soit
    -La seule chose qu'on peut faire avec un amas de neutrons est d'y ajouter encore et encore des neutrons jusqu'à ce qu'il soit assez lourd pour manger tout seul des atomes d'autres élément, créant ainsi des isotopes monumentalement instables qui exploserons en éléments moins instables et moins radioactifs...
    -En d'autres termes l'Ezo serait une substance impossible à manipuler (faute de charge) ou même maintenir en place. Et à partir du moment ou un corps tangible d'Ezo serait créé, on pourrait grande partie passer notre main au travers... En grande partie seulement parce que les neutrons qui rencontreront nos propres atomes vont s'allier avec eux (car interaction gravitationnelle et forte, mais pas électromagnétique) et la transformer en appendice sanglant, radioactif, grillé (imaginer la tremper dans de l'acide fluorique puis du napalm par exemple). Ce qui nous donne une matière mutagène, incontrôlable, à haut potentiel destructeur. Bref, à côté, la malpierre ressemble à un hochet pour skavens.

    Par contre si on considère qu'ils se regroupent effectivement autours d'un machin chose (au hasard de l'antimatière ;), mais de la matière noire ou autre particules non-baryoniques pourraient peut-être jouer ce rôle... ), on pourrait obtenir beaucoup de choses intéressantes, notamment un matériaux anti-gravifique. Ce ne sont bien sur que pures spéculations, mes connaissances en ce domaine sont extrêmement limitées et théoriques, et c'est de toute façon un domaine encore très peu exploré et compris. C'est pourquoi je demandrai à tout éventuel vrai physicien qui traînerait sur ces pages de ne pas m'assassiner si mes hypothèses/explications sont boiteuses. Ne tirez pas sur les civils!

    RépondreSupprimer
  2. Oh, oui ! J'ai bien envie de connaître ta version des gluons et des quarks, j'aurais l'impression de rater quelque chose autrement. Un mot donc : saucisson ?

    Les difficultés inhérentes à sa structure ne me paraissent pas forcément une mauvaise chose : ça explique le coût d'exploitation d'une mine d'Ézo et donc le coût ignominieux des moteurs de vaisseaux - tout particulièrement celui du fameux moteur Tentale qui coût le prix d'un cuirassé pour bouger une frégate.

    Après, je dois avouer que je décroche de ton explication à partir de "non-baryoniques" (je précise que j'ai compris le "non").

    RépondreSupprimer
  3. Mouais, selon moi tu peux remplacer "difficultés" par "impossibilités" ^^.

    Ah, tu vas je pense être déçu par mon résumé, on va pas y parler beaucoup de quarks:

    Donc, il existe 4 phénomènes qui régissent les interactions dans notre univers (à toutes les échelles), j'ai nommé: L'interaction forte, L'interaction faible, La force électromagnétique, La force de gravitation. Il semblerait (c'est certain même), que ces quatre interactions ne soient en réalité qu'un seul et même phénomène et qu'on pourrait les unifier. Seulement actuellement on est encore très loin d'y arriver, non sans utiliser quantité de matériel plus ou moins compliqué et coûteux (du simple pendule au LHC du cern).

    Bref, revenons-en aux quatre interactions:

    -La force de gravitation: Tout le monde la connaît, les masses s'attirent. Pour ceux qui aiment les détails, on pense (i.e. beaucoup de physiciens très compétents et reconnus pensent ^^) que cette force vient d'une particule, le boson de Higgs, présente dans certaines particules (protons, neutrons et électrons) qui leur donne une masse. --> Hypothèse: l'antimatière contient des antibosons et repoussent les masses "positives"... Héhé

    -La force électromagnétique: Stipule que les charges opposées s'attirent. D'où le magnétisme, le courant électrique etc. Elle permet aussi de mettre des électrons en orbite autours des noyaux ce qui est pas si mal en fin de compte.

    -Les interactions faibles: En gros, on s'en fout. Comme son nom l'indique elle est très faible, et permet surtout d'échanger de l'énergie, de la masse et de la charge entre les quarks et les leptons (leptons = aussi des fermions mais d'une autre sous-famille que les quarks. Donc comme des quarks, mais pas la même chose ^^). Dans la partie qui nous intéresse, peu intéressant.

    -Interactions fortes: Là par contre ça devient franchement rentable. Il s'agit de la force qui maintient les quarks ensembles, c'est également la plus forte de toute (devant dans l'ordre la force électromagnétique, faible et gravitationnelle). Dans notre cas on n'a pas besoin de plus de détails, sachant qu'une force dérivée de celle-là fait tenir les particules baryoniques ensemble (baryonique = composée de quarks). Et même de vraiment bien les faire tenir. Entre deux particules très proches, comme dans tout noyau atomique, elle écrase totalemtent les autres forces. Mais elle décroît exponentiellement avec la distance. Du coup, si on chauffe suffisament un atome (c'est plus facile avec les lourds), il se brise (fission) et si on envoie deux atomes l'un dans l'autre suffisamment fort (c'est plus facile avec les légers ^^) ils vont tellement se rapprocher que "Pof", ils vont se coller ensemble (fusion).

    Du coup de l'Ézo c'est une fusion de neutrons. Pas trop dur à faire une fois que t'arrive à accélérer des neutrons. Mais c'est pas gagné, sauf aaveeec... deee... ...l'antimatière! Tadaa!

    Ah, comme dit plus haut, les particules composées de quarks sont appelées baryons. La matière Baryonique est l'ensemble de cette matière. Mais on y rajoute les photons et les leptons parce qu'ils sont extrêmement courants. Je sais c'est débile mais des gens ont pensé que yavait déjà suffisamment de noms qui se ressemblaient dans le domaine... Du coup ben la matière non-baryonique c'est le reste! Toutes les particules bizarres comme la "dark matter" et autres objets plus ou moins hérétiques. En fait on ne peut pas percevoir la matière non-baryonique, elle n'est très probablement pas présente sur notre planète ou les étoiles mais qui jouerait un rôle dans la structure des galaxies et de l'univers.

    RépondreSupprimer
  4. Eh bien, suite à des explication qui ne sont pas sans compléter massivement mes connaissances préalables, je n'arrive pas à ajouter grand chose désormais. Voici donc l'heure des comptes :

    - 100% du votant estime que l'Ezo est un alcalin (Note : je ne suis pas le votant).

    - Faire un sondage ne suffit pas, encore faut il qu'il traite d'un sujet considéré comme intéressant pas la majorité.

    - Président Evil à gagné le haut fait "Scientifique Galarien" qui lui apportera un petit bonus pour un prochain JDR Mass Effect. (La chasse aux hauts-faits Mass Effect du Paravent est lancée...)

    RépondreSupprimer