7 février 2011

Qui est le rôliste parfait ?

Certains viennent ici pour trouver leur nom dans la liste, d'autres ont parié que l'article ferait un unique mot ("Moi") et viennent obtenir la preuve pour empocher les gains.

Vous avez tous perdu ! Je vais m'atteler à chercher le profil du rôliste parfait. J'avoue que j'y avais déjà réfléchi et ai donc déjà la réponse. Tout ceci n'est que le fruit de nombreuses discussions avec bien des rôlistes m'ayant côtoyé. 

Qu'est-ce qu'un bon rôliste ? C'est ignoble comme question, il s'agit de classer des individus sur une échelle sans aucun score. Ce n'est pas à qui aura fait le plus de Strike ou mettra le plus de fois la baballe dans le panier. Il y a bien certains jeux qui ont des niveaux de personnages, mais manque de pot ni Tigres Volants ni Warhammer ne sont construits ainsi. Quand bien même. Nous avons tous en tête la vidéo des rôlistes québécois et ils ne nous apparaissent pas comme le modèle du rôlisme. 

Je me suis intéressé à un autre aspect, l'ancienneté. Comment se mesure t'elle ? Année de pratique - quid des joueurs occasionnels de longue date ? -, nombre de parties - sont elles équivalentes ? - et surtout est-il honnête de dire à vos joueurs récents "Toi, t'es le Noob, on en reparle dans dix ans". L'augmentation est-elle automatique et linéaire ? Non, définitivement, il existe des nouveaux excellents et des anciens qui ne le sont pas. Point de corrélation.

Un exploit rôlistique peut être de bien jouer son personnage - qui est finalement la seule chose qu'on vous demande. Un joueur taciturne qui joue un personnage taciturne est-il excellent ? Est-il médiocre ? Peut-être le bon rôliste est-il celui qui sait faire des rôles riches et variés. Mais une fois encore, celui qui se cantonne dans certains schémas ne peut-il apporter une sacrée part de plaisir à la table ? De plus, quel meujeu n'a pas prévu un scénar en sachant exactement qu'à tel moment untel va faire telle chose, car c'est untel, on le connaît, il est toujours comme ça.  Définitivement on fait fausse route.

J'ai parlé de plaisir à table. On avait presque oublié le mot "jeu" à force de chercher sous "rôle". Le bon joueur doit apporter sa part de plaisir et de convivialité à table. Hélas, on ne fait que tourner en rond - qui est le rôliste qui apporte le plus de plaisir à table ?

Eh bien je vais vous le dire, moi, qui est le rôliste parfait. C'est celui qui est enthousiaste. Celui qui toujours est partant et motivé. Celui que tous les projets fascinent. Celui qui laissera le maître de jeu lui insuffler la magie de ce monde parallèle. Cet individu-là aura plaisir à être présent, il vivra la chose avec intensité et sa bonne humeur alimentera celle des autres. Un individu les pieds contre le mur ne pourra éprouver autant de plaisir ni en insuffler aux autres. Tout est - je crois - question du regard porté. Le jeu de rôle pourrait n'être finalement qu'un télescope dans lequel chaque lentille améliore la lumière qui la traverse. 

Cette constatation est probablement en partie valable dans toutes les activités. Il en est beaucoup cependant qui demandent une habileté particulière pour y être considéré, c'est triste quand on y pense. Là, aucune ségrégation, c'est top, non ?
MJ

9 commentaires:

  1. Mon commentaire porte sur le dernier paragraphe. Pour les autres activités, on a des critères objectifs pour déterminer qui est meilleur que les autres. Un meilleur boxeur gagne plus de combats, un meilleur pianiste peut jouer des airs complexes avec moins de fausses notes, un meilleur archer est plus proche du centre de la cible.

    Effectivement, le seul critère pour le JDR est du côté de la personnalité du joueur, le côté sympa. J'avais écrit un article sur ce thème que j'avais appelé "êtes vous un bon rôliste ?". Je ne mets pas le lien par "politesse" mais tu sauras où trouver ce texte ^^

    RépondreSupprimer
  2. Tu développes ce que j'entendais pas "habileté", mon propos manquait probablement de clarté et j'ai loupé la notion d'objectivité.

    J'avais déjà lu ton billet. Nos conclusions sont très sensiblement différentes; si l'on met les textes côte à côte on voit qu'un rôliste non empathique, mais motivé est bon avec mon texte et mauvais avec le tien et inversement pour l'empathe non motivé. Les sciences sociales sont ainsi faites, je crois.

    Finalement, je te remercie de ta politesse.
    Je donne personnellement le lien de l'article mentionné pour tout lecteur intéresse. (Ceci est le MJ seal of approval^^)
    http://taverne-des-rolistes.blogspot.com/2010/04/etes-vous-un-bon-roliste.html

    RépondreSupprimer
  3. Après réflexion, je suis d'accords : la motivation (avec le côté curieux et sympathique que tu mets derrière) est sans doute une seconde qualité "objective" définissant ce qu'est un bon joueur de JDR. En tout cas, je ne parviens pas à imaginer comment une partie pourrait être une très chouette partie sans que plusieurs joueurs ne soient dotés de cette caractéristique.

    Je reviens rapidement sur le côté "habileté". Je l'évoquais justement parce que je considère que les habiletés rôlistiques (théâtre, stratégie...) sont des critères pertinents dans tous les jeux sauf dans le JDR. On ne cherche pas les facteurs de réussite mais de plaisir, et donc des facteurs liés à la personnalité.

    RépondreSupprimer
  4. Nous sommes donc parfaitement d'accord sur tous les points. C'est bien ça.

    RépondreSupprimer
  5. Je pense que l'enthousiasme ce n'est pas forcément "le coté sympa". J'ai des joueurs sympas qui ne savent pas s'investir...

    RépondreSupprimer
  6. Non, l'enthousiasme n'est pas le côté sympa; évidemment pas. Il faut prendre cette variable "enthousiasme" pour elle-même. Définir la sympathie est au-dessus de mes forces, mais ton exemple est éloquent. Nous avons même tous des connaissances - très sympathiques - qui n'ont même jamais voulu essayer le jeu de rôle.

    RépondreSupprimer
  7. Je pense qu'un rôliste parfait, c'est un vrai ami, ou un super pote. Celui (ou celle) avec qui tu t'entends toujours et avec qui tu as un rapport de complicité... Même quand les personnages interprétés sont ennemis ou tout simplement en désaccord.
    Si tu peux dire de lui "génial, tu nous as trahis en beauté, on s'est fait avoir, on n'a rien vu ! Excellent ton jeu, comment t'as fait pour nous filouter comme ça ?"...
    Je comparerais le rôliste à l'acteur... Celui qui est bon, c'est celui qui a su mettre en valeur les autres (MJ et scénar compris). Donc si a une table, il n'y a que des rôlistes comme ça : c'est l'extase pour tout le monde.

    RépondreSupprimer
  8. Hello tout le monde !

    Voici mon point de vu. Pour moi, cette question est tout simplement impossible à résoudre. Car tout va dépendre du contexte, du jeu choisi et en définitif du groupe de personne. Il peut y avoir une super ambiance, avec des parties mémorables au sein même d'un groupe (souvent d'amis), comprenant joueurs+MJ, mais peut être que ces individus pris séparément ne sont pas aussi motivé, ni motivant. Perso, je pense qu'il serait plus utile de répondre à la question : "Quelle est la partie parfaite ?" plutôt que de catégoriser les joueurs, ce qui est pour ma part impossible, le jdr c'est trop vaste.

    Voilà pour mon petit point de vu ;)

    RépondreSupprimer
  9. @ Scriipt :
    Je suis d'accord qu'un non-ami sera difficilement le joueur parfait. Cependant, nous avons tous d'excellents amis qui n'ont jamais été motivés par le jeu de rôle. Ce critère me semble donc peut-être nécessaire, mais insuffisant.

    @ Chaodiz-Padre :
    Naturellement que la tâche est ardue. C'est suite au constat qu'avec une bonne équipe on s'amuse que je me suis posé la question. Après, la question de la partie parfaite est naturellement intéressante. Faudra que j'fasse un billet là dessus, tiens.

    RépondreSupprimer