8 novembre 2010

Trois Soeurcières

Naturellement j'avais honte, maintenant je peux lever fièrement la tête lorsqu'on parle de Terry Pratchett.

J'ai terminé Trois Soeurcières, un des livres des Annales du Disque-Monde et il faut bien avouer que c'est une petite merveille. L'auteur est déjà impayable en lui même avec des sorties du genre "La S.-F. c'est du fantasy, avec des boulons" ou "Si une chose à une chance sur un million de se produire, alors elle a neuf chances sur dix de se produire".

Eh bien Trois Soeurcières est tout à fait dans cet esprit décalé : les nains bien que très calmes d'ordinaires se sentent obligés de porter des cottes de mailles et des haches pour aller boire un verre, l'aire d'Ankh-Morpork est très sains car peu de germes peuvent y survivre. J'en passe et des meilleures. 

Je ne sais pas ce qu'il vaut comparé aux autres opus (qui de toute évidence peuvent se lire dans le désordre), mais ses qualités intrinsèques en font un must-have. (Et grâce à ça, j'ai pu passer Total Geek)
MJ

4 commentaires:

  1. Et vive Terry Pratchett! Je confirme que les 6 premiers sont du tout grand art également. D'ailleurs je crains devoir te corriger sur une citation: "Si une chose a une chance sur un million de se produire, elle se produit neuf fois sur dix." Et je résiste pas à l'envie d'ajouter ma préférée à la liste: "Si on installait un interrupteur dans une caverne n'importe où, puis qu'on le flanquait d'un écriteau disant « Commutateur de fin du monde, PRIÈRE DE NE PAS TOUCHER », la peinture n'aurait même pas le temps de sécher."

    RépondreSupprimer
  2. Ah pas mal ! Je la connaissais pas celle là.

    J'ai commencé "Nobliaux et Sorcières" et mon petit doigt me dit qu'il fera pas plus de vieux nonos que le titre ci-dessus. Moralité un billet suivra.

    RépondreSupprimer
  3. citation de mémoire :
    "Il y a fort longtemps, les chats étaient vénérés par les humains. Nous avons oublié cette époque, mais eux s'en souviennent."

    Tout ceux qui ont un chat comprendront cette citation de Pratchett.

    Sinon, tu avais raison d'avoir honte, tout le monde devrait lire Pratchett. Mais apparemment tu te soigne ^^

    RépondreSupprimer
  4. Ah, les félidés. C'est bien vrai.

    Note j'adore aussi les phrases contraires :
    "Devant elle, le chat Gredin, ravi d'avoir retrouvé ses pénates, allongé sur le dos, les quatre pattes en l'aire, se livrait à sa célèbre imitation du résidu-de-caniveau."

    Je me soigne oui. Et j'aime pas faire semblant.

    RépondreSupprimer