8 octobre 2010

Pour qui sonne le verglas ?

Un scénario pour Tigres Volants

Mes (infortunés) PJs ont déjà joué avec, partie mémorable, et comme je n'aime pas faire deux fois le même scénar, je le balance sur le Paravent, ça pourra peut être servir de rail de tram à quelqu'un. Notez  bien que j'effectue maintenant la rédaction, plus d'une année après la partie, alors faite à l'aide de trois notes et demi. Dernière note : j'utilise mes propres règles, donc je ne met ici aucun profile de PNJ ou autre, débrouillez-vous!

Pour qui sonne le verglas ? 

Prérequis :

Scénar conçu pour 4 à 6 PJs affiliés à la WASA actuellement dans l'un des centres de cette dernière au Texas. Les PJs disposent que quelques voitures (par exemple une par personne), suivant leurs moyens de l'auto-mitrailleuse à la hover-limousine furtive. Ils s'entrainent pour une course à venir dans l'un des centres voisins.
Variante : vous pouvez les faire venir de tous horizons sous un prétexte quelconque (ladite course est une bonne candidate) et leur louer des voitures s'ils n'en ont pas.
Variante 2 : les perso peuvent aussi être des mercenaires de passage, ça devrait passer sans trop de problème.

Note pour Déhemme taquin : s'arranger pour proposer innocemment "phobie du verglas" comme défaut pour les persos s'ils les créent pour l'occasion. Avec un peu de chance ils se diront que - comme ils sont au Texas - c'est un super bon plan pour avoir des Peuxeus à l'œil.

Téléphone et caca nerveux :

Petit matin : les persos sont assis à la cafet' et discutent autour d'un bon café avant d'aller s'entrainer. Sort en trombe du bureau du dirlo un type, costard cravate très classe mais passablement énervé. Il sort un téléphone et parle dedans pour toute la pièce :
"Oui, c'est moi ! ... Non rien ! ... Rien du tout ! Il n'y a pas un seul conducteur dans tout ce foutu patelin."
Si vos PJs ne font pas mine de bouger, il peut aussi ajouter
"Non, aucune couille. ... Mais bien entendu que j'ai parlé de la prime."
Si vous PJs ne bougent toujours pas, revendez votre exemplaire de Tigres Volants et allez acheter du matériel de tricot.

Or, donc, vos PJs devraient plus ou moins venir dire "M'sieu, nous on est des pilotes, on a des couilles et on aime les primes"
Guère enchanté, l'homme les engagera néanmoins (pas le choix).
"Il s'agit d'un travail très simple, mais il faut partir tout de suite. Un camion a été volé au petit matin et il vous faut le retrouver au plus vite. Ramenez-le intacte et sans encombres et vous ne le regretterez vraiment pas. Il est très facile à reconnaître, c'est un transcontinental laqué noir, dont voici l'immatriculation <insérez ici : suite de chiffres incohérents>. Il doit rouler actuellement vers l'entrée d'autoroute. En cas de problème, voici mon numéro." Sous entendu : pas de police, c'est mauvais pour les affaires.

Drive friendly the Texas way :

Et voilà les persos, bombant comme des malades sur les routes texanes avec autour d'eux des boules de poussières qui roulent (En anglais c'est Thumbleweeds). Comme de juste la seule chose qu'on peut croiser sera une station service en bois servant de resto-route, recharge de batteries etc. Si vos PJs font mine de s'arrêter, ils entreront dans le bâtiment en voyant juste un camion semi-remorque avec remorque supplémentaire, façon c'est pas sorcier, mais laqué noir, qui part de derrière le mur, au contraire, s'ils passent tout droit, ils verront le camion paisiblement garé dans leur rétroviseur. Et naturellement, quand ils reviendront en arrière, le camion démarrera pile au moment ou ils sont coincé entre la cahute-WC et les autres voitures garées là.
Bref : le camion laqué noir leur file sous le nez en prenant un peu d'avance. Vos joueurs sont frustrés certes mais ont au moins une piste.

L'immense vadrouille :

Ils bomberont donc encore plus comme des malades et arriveront à voir le camion entrer sur l'autoroute transcontinentale direction nord. Naturellement ils vont s'engouffrer à sa poursuite. Or un problème va se poser : la limitation de vitesse, sévèrement régie par les radars de surface. Autrement dit : si le radar de l'autoroute repère un excès de vitesse, il va directement pomper dans le compte en banque du propriétaire et au delà d'une certaine allure, le permis saute automatiquement. Or le camion s'en tamponne le coquillard.

Dans un premier temps, il va légèrement plus vite que la limitation. Les PJs devraient naturellement dire "Tayoo, on fonce". S'il est suivi pendant un certain temps, le Grand Theft Trucks va s'en apercevoir, il est un peu vigilant quand même. Bilan, les PJs vont voir un type, moyennement habillé, rejoindre la remorque en marchant sur le toit avec un mépris pour le vertige, le mal de la route et sa propre vie en général, difficilement imaginable.
Si vos PJs ont le réflex *Pan pan, poum poum*, le type est englobé dans le Tween-screen du camion.
Une fois la remorque atteinte, il va y entrer, ouvrir la porte arrière - révélant une bonne quantité de caisses blindées - et commencer à bombarder les voitures des PJs avec des grenades, des fulgurants bricolés pour exploser ou roquettes incendiaires lancées à la main.
Les PJs devraient désormais l'avoir mauvaise. Si ils répondent avec une violence prononcée, d'une part le radar de surface va éloigner les autres véhicules automatiquement et d'autre part le joyeux drille va avoir l'idée de détacher la remorque dans la gueule de PJs.

BADABOOOM !!!

Déflagration monumentale, les 2-3 voitures les plus rapides réduites à l'état d'épaves fumantes, <bonne nouvelle !> les PJs sont indemnes ou presque.

Cette fois les persos devraient péter un câble monstrueux et en faire un affaire personnelle.
Le pire dans cette histoire c'est que la surveillance du trafic n'est pas manche (enfin, à moitié) elle a vu 4 à 6 fous dangereux faisant la course et puis un trou dans le revêtement acheté à prix d'or par le contribuable. Comme par hasard les PJs sont en état d'arrêt. Et en plus, un hélicoptère rouge portant une cocarde "Laser-vision, l'information dans toute la sphère" leur tourne autour.

A ce stade, ils devraient avoir le réflexe d'appeler leur employeur. S'ils ne le font pas celui-ci les contactera en voyant les news. Quand il apprendra que la moitié du camion a explosé pour couvrir la fuite du reste, il ne sera pas content, pas du tout. Mais contrairement à la tradition des employeurs louches, il ne passera pas ses nerfs sur les persos, il se contentera de sauter un plomb tout seul et d'augmenter la mise. "Il me faut ces enfoirés coute que coute ! Disons que je double votre récompense. Si vous avez besoin de quelque chose on peut s'arranger." Les PJs auront certainement perdu la trace du camion en semant la volaille et la presse et le bonhomme pourra leur indiquer la direction suivie par le camion grâce au système d'immatriculation un peu spécial. 

Note : Si les persos demandent de quoi botter le cul de l'ennemi, on leur donnera rendez-vous avec une camionnette laquée noir, remplie d'armes de toutes sortes. Ils peuvent se servir, ce sera déduit de leur prime. Si ils demandent une arme précise qui dépote vachement (le best est un Peacemaker) on leur répond qu'il y a momentanément une rupture de stock.

La situation se complique :

Or, la direction du camion est toujours plein nord, la piste menant au Québec. Il est amusant que les personnages aient à ce moment, en bon conducteurs, accès à la radio ou à la TV.

"Laservision, l'information dans toute la sphère. (effet d'écho à faire avec la bouche)

En bref dans les NAUS : l'autoroute transcontinentale AT19 direction Boston a connu un accident majeur. Selon toute vraisemblance, quatre jeunes conducteurs, lors d'une course poursuite, auraient percuté un camion d'hydroxyde, causant la destruction dudit camion et de plusieurs voitures. Cinq pistes devraient être durablement fermées, aucun bilan des pertes sapiennes n'a été effectué pour l'heure. 
Saint-mère au Québec, un mouvement de grève a commencé. Ce sont les camionneurs locaux, exaspéré par les conditions de travail qui ont entamé cette manifestation qui s'annonce très suivie dans la région. Le concordat patronal craignent que le mouvement ne s'étende dans les régions voisines, bien que M. Laviolette, initiateur de la grève n'aie pas annoncé telle prétention.

Ne manquez pas d'en savoir plus sur notre node laser tiret vision"

Je ne vous explique pas que le camion file droit vers Saint-mère, ce serait faire insulte à vos capacité de déductions.

Que ce soit leurs déductions ou le fil de la route, les PJs vont arriver tôt ou tard face à une route très marginale, vers Saint-mère, barrée par un gros camion-benne, devant lequel un bidon enflammé sert de chaufferette à quelques routiers québécois aussi large que haut qui boivent du café - contenu dans un thermos - et écoutent un vieux poste de radio, lequel diffuse leurs exploits et ceux de quelques autres. (point)

Note aux déhemmes taquins : N'oubliez pas qu'il fait froid. hors des véhicules et bâtiments, les PJs ont des malus à tout. Pour conduire il y a du verglas sur toutes les routes et ça fait des malus aussi, plus les jets de sang-froid pour les verglas-phobes, mouahaha.

Nos amis les persos vont arriver là et être accueilli à bras ouverts par Laviolette (et avec un tel gaillard, ça fait large). On leur rappel qu'il fait très froid, qu'ils sont pas habillés pour la région, on leur offre un café, on papote, on rigole. Relisez les Dalton dans le blizzard pour vous faire une idée.
Les persos devraient avoir deux questions s'ils sont un peu intéressés (et ils le sont, autrement ils n'auraient pas parlé au type du début et vous faites actuellement du tricot)
- Vous avez vu un camion noir laqué ? Réponse "Non désolé, sapristi."
- Pourquoi vous faites la grève ? Réponse "C'est à cause des accidents de travail. Depuis que la Peck Slip Mining Inc s'est installée et nous a engagé, il y a eu pas moins de deux collègues morts."

En suivant la route, les PJs vont trouver un camion encastré dans un érable, le cadavre a moitié à travers le par-brise visiblement totalement gelé. 

"Dégustez notre émincée de routard; a peine assassiné, déjà Findus"

Plus loin un autre camion-benne, rempli de gravas, visiblement attaqué, le chauffeur - lui aussi glacé gisant quelques mètres plus loin.

PJ : "Haha ! Qu'ils viennent, j'ai un Tween-screen." MJ : "Tu constates des hampes de flèches qui émergent de son corps" PJ : "Et merde !!"

Arrivé au bout de la route, un complexe préfab' arborant le magnifique logo de la Peck Slip Mining Inc. et le vacarme assourdissant d'un gigantesque turboptère. Et, naturellement un véhicule blindé devant l'entrée et plusieurs sécuritas mercenaires, armés jusqu'aux dents. 

Si les PJs sonnent à la porte (les mercenaires les saluent courtoisement et ne feront du foins que si les PJs portent des armes de catégorie 3 ou 4, auquel cas, ils leur donneront une caissette pour les déposer jusqu'à leur retour)

Dedans, si ils se comportent bien, ils auront droit à une présentation de l'entreprise, dans des locaux chauffés : "Peck Slip Mining Inc est une entreprise basée aux USA, spécialisée dans l'extraction de ressources minières, elle embauche plus de 150 équivalents plein temps, possède douze turboptères de forage, deux centres administratifs ... et consomme quotidiennement 26 litres de cafés, et possède 81 fenêtres etc."
Si les persos posent une question sur la grève, on leur répond invariablement "Peck Slip Mining Inc. est avant tout préoccupée par les questions environnementales et sociales." ou un autre baratin du genre très en vogue dans les entreprises privées. Notez que si les PJs ne se comportent pas bien, on les fout dehors à grand coup de pieds dans le train !

Belle perte de temps mes amis. Mais le chemin du retour est plus mouvementé. Cela commence avec un tas d'armes posé au milieu de la route. Là, au milieu, tout simplement. 
C'est naturellement un piège à con. Si les PJs sont visiblement armés mais peu prudents ils seront victimes de tirs divers. Dans toute autre situation, on se contentera de les observer. Un jet de quelque chose réussi (perception/ouïe/pistage/survie bref, ce que le Déhemme de service trouvera bien) mènera vers l'emplacement qu'une sentinelle vient de quitter à pas de loup pour retourner vers .... vers quoi ? 

Les PJs devraient tomber dessus d'une manière ou d'une autre : vers un village indien tout ce qu'il y a de plus normal au-milieu duquel se trouve un magnifique camion laqué noire. Si vos PJs attaquent - tora tora tora ! - ce sera une plantée mémorable : l'autochtone est opiniâtre et possède des armes automatiques.
S'ils parlent, ils seront fort bien accueillis dans le village, lequel est quelque peu sur le sentier de la guerre il est vrai.

Résolution :

Les indiens sont en fait des Cree, vivant paisiblement dans la région, laquelle leur appartient grâce à une loi datant de Louis VI le Gros. Mais, faisant fi de tout cela, la Peck Slip Mining Inc et ses gros sabots est venue s'installer ici avec son joli turboptère de minage pour arracher la moindre pépite. Alors les Cree ont organisés la résistance en attaquant les convois de camions qui - manque de bol - sont des routards locaux sous contrats. Alors la Mining Inc, qui aime se donner les moyens de ses ambitions, a embauché des gros bras pour protéger ses locaux. Action-réaction les Cree qui n'ont pas de moyens mais des couilles ont piqué un camion d'arme entier de la C&K : la Cash and Kill, célèbres trafiquants d'armes.

Désormais ce que vont faire les persos va dépendre beaucoup de leur ressentiment envers les différentes factions. Soit ils arrivent pas à digérer le coup de la remorque de munition dans la figure et ils risquent de rejoindre la Mining Inc pour profiter de ses gros bras comme alliés. Ou alors ils aiment pas qu'on les prennent pour des cons et ont un peu la fibre justicière qui vibre et ils vont aider les Cree à bouter les capitalistes hors de leurs terres. 

"Grand chef, c'est un Peacemaker que vous avez là. - C'est le symbole de la guerre - C'est certain, et ça explique la rupture de stock."
"Grand guerrier, je crois que j'aurais besoin de cet objet là. - C'est pour chasser les mauvais esprits ! - Enfin, c'est surtout un lance-missile thermo-guidé avec des têtes incendiaires. - Je sais, il sert à chasser les mauvais esprits. - Je vois .... il me semble que j'aurais un très mauvais esprit de turboptère à chasser."

Le grand final sera donc une baston monumentale avec qui-les-persos-veulent contre les autres. Quelques temps après le début du combat (plus ou moins suivant si vous voulez laisser vos PJ tout casser ou pas) la très honorée Garde québécoise va intervenir. Naturellement les sanctions pénales vont tomber sur les trois parties suivant leurs agissements (excès de vitesse, génocides, minage sauvage ou autre).
Ah et la C&K peut trouver assez moyen si les persos les laissent tomber pour aider des va-nu-pieds voleurs d'honnêtes gens à protéger leurs misérables terres. Voilà peut-être le début d'une campagne ?

MJ

3 commentaires:

  1. Je me souviens très bien de cette partie et ne résiste pas à la tentation d'en citer une magnifique. On venait d'atterrir au Québec (-15°C) dans nos vieux habits cramés à cause de l'explosion ^^.

    Déhemme: Que faites-vous?

    PJ1 (Jolie Blonde New-Yorkaise, 50% fric 50% silicone, verglaphobe): Venez avec moi faire du shopping, guys! J'essaierai de la lingerie!

    PJ2 (Texan): Fais gaffe en lingerie. Si tu glisse, avec le verglas, tu resteras collée par terre!

    Mythique!

    RépondreSupprimer
  2. Il y a aussi :

    PJ1 (la même) : Oh Yeah ! On va vous aider, yeah !
    PJ3 : Elle parle toujours ainsi, elle a une formation d'actrice porno.

    RépondreSupprimer
  3. Captain Shampooing8 octobre 2010 à 18:57

    Les Marines commencent et finissent leurs phrases par des "chef" et les bimbos-Paris-Hilton par des "yeah"! Et je pense que depuis ce jour-là, je n'ai jamais réussi à redire autant de fois ce mot que je ne l'avais fait en une seule soirée!!

    RépondreSupprimer