6 octobre 2010

Obama et le solaire

Il faut bien reconnaître que lorsque je lis le 20 minutes, c'est d'une part signe que j'ai vraiment rien à faire dans le train (y compris dormir ou rêvasser) et c'est souvent pour terminer assez consterné. 

Dans le cas présent, un article me fait doucement ricaner. 


Obama, parangon de l'écologie, du social, de la paix dans le monde et plein d'autres choses très bien - quel homme et dire qu'on aurait pu avoir un autre président aux États Unis - montre l'exemple dans le dossier du solaire. Devinez quoi ? Il en met sur son domicile, id est la maison blanche. 

Je ne dis pas : ça fait un peu de publicité, de publicité mutuelle même. Cependant, un chef d'état souhaitant réduire les émissions de CO2 dans les proportions incroyables annoncées ne devrait-il pas commencer par une réforme des systèmes de transport, par des législations en matière d'industrie ?

Je ne jette pas la pierre à l'individu, la Suisse ou sa voisine franque, ne font pas mieux en matière de solaire. A ma connaissance, seule l'Allemagne et la Chine (sic) mettent en place une politique réellement volontariste dans le domaine - ainsi que probablement les pays scandinaves pour lesquels je n'ai pas fait de recherche. Le fait est que personne (pas même les susmentionnés) n'arrive à avouer qu'il faudra faire mieux que 3 panneaux à l'énergie grise douteuse pour se proclamer pays écolo. 

Les besoins en énergie électrique ne cessent d'augmenter et la satisfaction de cet appétit en voulant rester vert ne peut se résoudre efficacement qu'avec la construction de centrales à haute puissance (1'000 MW et plus) non polluantes ou faiblement polluantes (solaire, hydraulique, géothermique, nucléaire ou biomasse, gaz naturel). Mais, on préfère naturellement pousser les particuliers à s'équiper de panneaux alors que la construction infrastructures étatiques avec les mêmes capitaux permettraient de tripler le rendement; l'État peine à mobiliser ces ressources financières là ou le privé est extrêmement mobile. Et les concessions, c'est pour les chiens ?
MJ

10 commentaires:

  1. Ouais! Le solaire, la fusion, tout ça c'est pour les tapettes! On veut de l'antimatière!! ^^

    RépondreSupprimer
  2. Et toc ! Voilà !
    J'essaie un peu de relever le niveau du Paravent et on me rappel déjà à l'ordre.

    RépondreSupprimer
  3. Bah, c'était pour rire ^^. Mais si tu veux du sérieux on peut. Je dirais que je ne suis pas entièrement d'accords avec toi.

    Il est vrai que du concret s'impose en matière de changement de source d'énergie pour pouvoir se passer de pétrole (avant tout dans les transports), et en ce sens l'antimatière (ce n'est que mon avis) pourrait très bien être au point avant la fusion (en plus d'être 1000 fois plus énergétique). On peut déjà créer des "nuages" de 50'000 atomes d'anti-H (pas moi, quand je dis "on" je veux dire le CERN ^^).

    Mais ça c'est pour demain. Aujourd'hui on doit se contenter du solaire qui reste un moyen quand même pratique de produire de l'énergie (avec un rendement de 20%, quand même). Le problème aux USA est je pense surtout dans les mentalités. Sans vouloir dire que les Américains sont plus cons qu'ici (du moins, pas ouvertement ^^), ils semblent fonctionner beaucoup plus à l'exemple que nous. Ils perçoivent ce que nous ressentons comme de la haute démagogie comme une preuve que le problème de l'énergie existe, et que leur gouvernement en est conscient. L'hypocrisie liée à ce comportement peut trouver une cause bien cynique: le pétrole rapporte trop d'argent pour vouloir vraiment s'en affranchir. C'est pourquoi il faudra attendre que la majeure partie des réserves pétrolières soient brûlée (ce qui peut se faire vite notamment avec la démocratisation de la voiture en Chine) pour voir des efforts réels de la part des gouvernements en la matière.

    Mauvaise politique selon moi, car je pense qu'un pays qui pourrait aujourd'hui "s'affranchir" du pétrole aurait un ENORME avantage économique. Malheureusement notre société attend que le système en place s'effondre pour penser à l'avenir (CF: La crise que nous vivons).

    RépondreSupprimer
  4. Rassures-toi, je rigolais aussi. Mais je vais donc me prendre au jeu de l'argumentation, après tout, on est sur ce topic pour cela.

    Je n'ai aucune donnée pour l'antimatière, je te fais donc totalement confiance. Ceci dit, je persiste à penser que des micro-solutions : un panneau sur le toit ou même une éolienne est une absurdité économique et donc écologique - a s'endormir sur la bonne conscience d'une action ridicule (par exemple la réduction de la consommation de 0.5% grâce à des ampoules économiques) on s'affranchit de trouver des solutions.

    Je ne suis pas contre le solaire, certainement pas, mais qu'on fasse des centrales solaires à la puissance non anecdotique.

    Je suis parfaitement d'accord sur ton analyse concernant le pétrole, ta conclusion est globalement assez admise.

    Le problème qui se pose est celui de la capacité à effectuer RAPIDEMENT une reconversion énergétique. Et là il faut bien avouer qu'a part spéculer on peut pas faire grand chose.

    RépondreSupprimer
  5. bah en théorie une grande centrale solaire étatique équivaut à tout plein de maisons avec un petit panneau solaire sur le toit... Sauf que c'est l'etat qui racke le prix exorbitant. Et qu'une centrale solaire qui produirait autant d'énergie que disons, la grande Dixence (750 MW), représente une surface de panneaux (les cellules photovoltaiques produisent une puissance moyenne de 130 W/m^2) d'environ 5 km^2. Imagine l'espace et le fric que ça boufferait à la construction. C'est pour ça que je pense, l'état devrait subventionner les installations de panneaux des citoyens.

    On a, je trouve, tendance à oublier que 200'000 types avec chacun un fusil photonique valent mieux qu'un laser hexawatt ^^.

    Même remarque pour les ampoules économiques, qui économisent 60% d'énergies par rapport aux ampoules standards.

    RépondreSupprimer
  6. Là par contre, je m'oppose. C'est vrai que le voltaïque produit autant répartis ou concentrés. Mais, mais mais mais, d'une part le rayonnement solaire est très variable d'une région à l'autre (par exemple suivant la différence adret/ubac, rien que ça) et surtout, je pensais pas vraiment à du voltaïque. Tu peux prendre le bête arc de cercle de miroirs (façon "four solaire") concentrés sur un réservoir d'eau. Si le voltaïque possède un rendement de 20%, les meilleurs turbines à vapeur atteignent 99,3% ... quand même (et je parles pas de l'énergie grise). Alors non, je parle pas du rendement de la centrale, mais seulement de celui de la turbine mais quand même.

    Quand aux ampoules, naturellement elles sont profitables, je prône même leur installation. C'est nécessaire, mais pas suffisant. Les 0.5% c'est sur la consommation totale Suisse d'énergie électrique. Bien entendu c'est un début, il n'y a pas de petit profits, mais ce doit être un début suivi d'autres choses.

    RépondreSupprimer
  7. Oui, bien sûr. C'est pour ça (on est d'accords sur ce point) que les gouvernements doivent vraiment se bouger le train.

    Les systèmes solaires calorifiques (miroirs sphériques), c'est vrai que je n'y avais pas pensé à grande échelle, je connaissais surtout les systèmes artisanaux mais faudrait faire la balance énergétique complète du système. En prenant ta turbine et un bon miroir sphérique (là par contre je sais pas exactement les valeurs d'absorption/reflexion d'énergie, mais les meilleurs miroirs optiques utilisés pour dévier des lasers haute puissance (industrie) avoisinent les 95%), tu peux capter je pense les 75% (pour pas radiner sur les pertes du système, les imperfections de l'arc de miroirs etc...) de la puissance solaire moyenne ce qui nous donne quand même 600 W/m^2 (la surface étant le cercle imaginaire refermant ta demi-sphère).

    Evidemment que sur le papier, ça met le voltaïque à la rue. Le problème peut-être le plus dur à résoudre et que tu finis quand même par mettre ton réservoir d'eau devant le miroir, bouffant une partie du rayonnement solaire... Mais si tu veux on pourra faire quelque tests l'été prochain ^^

    RépondreSupprimer
  8. Eh bien, ça existe en fait, mais comme toujours un ingénieur de génie en a fait un à 10MW dans un coin et le gouvernement lui a dit qu'il lui téléphonerai.
    Il existe aussi le système de tour solaire (Tu construit un machin format tour de refroidissement en verre et au sommet tu bardes de turbines connectées à des générateurs. Avantage, dessous tu peux planter de tomates.)

    Moralité : faut que je lise le 20 minutes plus souvent pour me fout' de sa poire, ça fait du tirage sur le Paravent.

    RépondreSupprimer
  9. Non non, tout ça c'est grâce à Obama!

    RépondreSupprimer
  10. Oh, si tu préfères je peut me fout' de la poire d'Obama. Ça m'est pas plus pénible que ça.

    RépondreSupprimer